Dossier acné hormonale

Salut les filles ! Aujourd’hui, je publie enfin mon article sur l’acné hormonale. Origine, caractéristiques, traitements, résultats… Cet article compile une multitude d’informations sur l’acné hormonale. Ces infos sont issues de mon expérience et de mes recherches personnelles. J’espère que ce dossier vous aidera à traiter votre acné hormonale définitivement et à retrouver une peau nette ;-). Cet article sera enrichi au fur et à mesure de mes découvertes.

L’acné hormonale, un “type” à part

L’acné hormonale est très différente de l’acné juvénile. Elle vient de la surproduction d’hormones masculines et est particulièrement difficile à traiter. Pour cause, il faut agir en interne + en externe. Les symptômes sont généralement des microkystes localisés sur le menton, la mâchoire et le cou. La première chose à faire est de faire un diagnostic chez un dermato, pour savoir si c’est bien d’acné hormonale que vous souffrez. Si votre acné n’est pas d’origine hormonale, vous avez beaucoup de chance ! Toutefois, cet article peut être utile pour n’importe quel type d’acné.

Traiter l’acné hormonale

J’ai vraiment essayé beaucoup de choses pour traiter mon acné hormonale. A la fin, j’étais carrément frustrée car j’avais l’impression de chercher toute seule, les médecins ne m’ont pas beaucoup aidée. Je vais donc vous parler des traitements médicamenteux (prescrits par les dermatologues) et des traitements naturels (conseillés par les naturopathes).

Les traitements médicamenteux

Ah, elle va nous parler de Roaccutane ! Eh oui, c’est inévitable car c’est le traitement le plus efficace contre l’acné. Pourtant, je n’en ferai absolument pas la promotion ici pour 2 raisons. Premièrement, parce qu’il n’est pas dans mes habitudes de faire la promotion de produits (encore moins quand c’est un médicament!). Deuxièmement, car je l’ai moi-même refusé catégoriquement. Je vous explique pourquoi un peu plus bas.

Quoi qu’il en soit, plusieurs traitements vous seront proposés par le dermatologue, suivant la gravité de l’acné. Le traitement peut être composé d’un antibiotique, d’une crème à usage externe ou des deux combinés. Pour ma part, j’ai essayé la plupart des antibiotiques et crèmes du marché et ils n’ont eu aucun effet malgré mon assiduité parfaite dans la prise du traitement. Je me suis donc tournée vers une naturopathe qui exerce près de chez moi.

Le traitement Roaccutane

Le voilà le fameux. Roaccutane est pour moi la solution de dernier recours, quand on a tout essayé et que rien n’a fonctionné. Pour ma part, j’ai préféré reprendre ma pilule contraceptive plutôt que d’accepter ce traitement. Roaccutane est un antibiotique dont la molécule active est l’isotrétinoïne. C’est un traitement ultra-efficace qui est prescrit sur une période donnée. Cette période dépend de votre poids et de votre réaction au traitement. Les effets secondaires sont nombreux : assèchement des muqueuses, déprime, maux de tête etc. Les contraintes sont également multiples : test de grossesse par prise de sang chaque mois, présentation du test négatif pour délivrance du traitement etc. Je n’ai pas souhaité prendre Roaccutane à cause de tous ces effets secondaires et ces contraintes. Cependant, je me répète, c’est un traitement très efficace sur lequel vous pouvez tout à fait vous renseigner si vous ne supportez plus votre acné. Il s’agit de votre peau, c’est à vous de décider. Dans ce cas, parlez-en à votre dermatologue :).

Les traitements naturels

Ce qui m’a vraiment aidée dans ma lutte contre cette maudite acné, c’est la prise de probiotiques. L’acné hormonale peut tout à fait être liée au système digestif. C’est peut-être votre foie ou votre intestin qui fait des siennes sans que vous le sachiez. Avant toute chose, vous pouvez demander à votre médecin de vous prescrire un bilan digestif.

J’ai acheté mes probiotiques sur Bionutrics, basé en Belgique et chez DietiNatura. Je prenais 1 de ces 4 pilules tous les matins après mon petit-déjeuner : Gattilier, UltraFlora 10, GlutaNutrics et EnzyNutrics. Je vous donne ma liste à titre informatif uniquement. Renseignez-vous sur ces comprimés avant de prendre une décision. Pour ma part, c’est ma naturopathe qui me les avaient conseillés. Cette cure de 2 mois a bien fonctionné sur moi, je n’avais plus aucun microkyste. En revanche, pour les maudites cicatrices… toujours pas de solution ! Chez certaines personnes, 2 comprimés de Gattilier par jour ont suffit.

Le facteur alimentation

On vous le rabâche depuis des années : l’alimentation influe considérablement sur la peau. Si vous souffrez d’acné hormonale et que vous n’avez pas trouvé de solution pour les éradiquer malgré votre assiduité dans les traitements, je vous conseille vivement de vous pencher sur ce qu’il y a dans votre assiette. Ce que vous pouvez faire, c’est demander un bilan allergènes chez un spécialiste. Il est possible que votre acné soit provoquée par une intolérance alimentaire. Le gluten, les produits laitiers, le sucre… Beaucoup d’éléments peuvent être responsables de votre acné.

La routine de soins

Vous l’avez compris, l’acné hormonale provient de l’intérieur. Il faut donc la traiter en interne, c’est tout à fait logique. Pour autant, pas question de négliger sa routine de soins, car vous pourriez empirer votre acné. Je vous livre ici ma routine quotidienne qui a, je pense, contribué à réduire mon acné hormonale de manière significative.

Ma routine anti-acné

Voici ma routine de soins depuis quelques mois :

Matin : Hydrolat de Tea Tree bio
Soir : Démaquillage aux 3 huiles bio (Jojoba, Nigelle, Neem) + mousse nettoyante bio Avril + hydrolat de Tea Tree bio
En cas de bouton disgracieux : même routine, avec une goutte d’HE de tea tree sur le bouton

2 fois par semaine : peeling au jus de citron bio (à laisser poser 1 minute seulement) ou peeling aux AHA Acides de fruits
1 fois par semaine : masque purifiant anti-imperfections maison

La dernière chose qu’il me semble important de préciser à propos de la routine anti-acné, c’est que la peau met environ 28 jours à se régénérer. Ainsi, je vous conseille vivement d’essayer une routine pendant 1 mois minimum avant de vous dire que ça ne fonctionne pas ! Sinon, vous allez vous décourager souvent.

Less is more !

Quand on a de l’acné, il est d’usage de vouloir nettoyer sa peau à outrance. Pourtant, en décapant trop votre peau, vos glandes sébacées vont se sentir agressées et vont produire davantage de sébum. Une routine de soins anti-acné ne doit pas être trop riche. Je vous recommande de nettoyer votre peau correctement chaque soir, sans utiliser de produits trop agressifs. Le matin, votre peau n’est pas sale. Un simple coup d’hydrolat permet de libérer votre peau des quelques impuretés.

Et le gommage ?

Quand on a de l’acné, le gommage est une très mauvaise idée. Surtout ceux avec des gros grains. Le gommage est bien trop agressif pour votre peau inflammée. Le peeling enzymatique en revanche (aux acides de fruits), permet de grignoter les impuretés sans décaper votre peau. Pour ma part, le jus de citron bio a très bien fonctionné, si vous ne souhaitez pas vous lancer dans la cosmétique maison.

Mon expérience

Pour ma part, je me suis battue pendant plus d’un an contre cette fichue acné hormonale. Tout a commencé à l’arrêt de la pilule. Au début, j’ai commencé à avoir un grain de peau peu esthétique avec beaucoup de points noirs. Ensuite, de nombreux microkystes. Les dermatologues consultés ne voyaient que 2 solutions : reprendre la pilule ou accepter Roaccutane. J’ai choisi la première option. Désormais, je n’ai de l’acné qu’une semaine avant les règles, c’est donc supportable.

J’ai ré-essayé d’arrêter la pilule quand même, il y a quelques semaines, et rebelote. Le retour de l’acné a été immédiat. Mon médecin en a donc conclu que pour l’instant, je ne peux pas me passer de la pilule ciblée-acné si je veux conserver une peau correcte. J’ai donc fait le choix de continuer à la prendre pendant un an ou deux, avant d’essayer à nouveau de l’arrêter. Il y a une chose à laquelle je n’avais pas pensé, c’est l’arrêt progressif de la pilule. Si vous envisagez de l’arrêter et que ce dossier vous fait très peur, renseignez-vous sur le sujet. J’ai fait quelques recherches et j’ai appris qu’on pouvait (avec un autre contraceptif évidemment!) arrêter la pilule de manière progressive. Cela permettrait de préparer le corps à ne plus recevoir d’hormones en douceur plutôt que du jour au lendemain.

Les cicatrices d’acné

Pour les cicatrices d’acné, je ne peux pas vous aider car je n’ai toujours pas trouvé de solution. Grâce à la prise de probiotiques et à ma routine naturelle, j’ai réussi à diminuer fortement mon acné hormonale. En revanche, j’ai toujours des lésions au niveau du menton. Même si ce les résultats ne sont pas probants pour moi, la poudre de Tepezcohuite est très réputée pour effacer les lésions cutanées. Vous pouvez toujours essayer !

C’est quoi le mieux ?

Il n’y a pas de mieux ! Peut-être que certaines d’entre vous sont plus courageuses que moi et refusent toujours de reprendre la pilule, quelle que soit l’intensité de leur acné hormonale. Si c’est le cas, j’espère que ces conseils vous aideront quand même. Après tout, ils fonctionnent sur de très nombreuses personnes. Sachez que les hormones sont fluctuantes. Si comme moi vous ne pouvez pas vous passer d’hormones de synthèse pour le moment, vous le pourrez sûrement dans 1an, deux ans ou cinq ans. Chacun est différent. Quoi qu’il en soit, écoutez-vous et faites ce que vous jugez le mieux pour vous. Si vous souhaitez reprendre la pilule, ne pas la reprendre, prendre Roaccutane, le refuser… Libre à vous de choisir ce qui vous correspond le mieux. Dans tous les cas, ces conseils pourront certainement vous éclairer sur la manière de réduire votre acné hormonale. Si elle ne disparaît pas complètement car la cause est interne, il est possible de composer avec au quotidien.

Enfin, je vous recommande vivement le site d’Emmanuelle de BeautePure. C’est Vous pouvez vous abonner à sa méthode gratuite en 7 étapes. Ses conseils m’ont énormément aidée !

2 comments

  1. Je note le conseil sur le peeling enzymatique. Je suis comme toi, la pilule me permet d’oublier l’acné mais avec tout ce qu’on lit sur les pilules et les 14 années que je la prends me font vraiment penser qu’il faudrait que je l’arrête… et pourtant, chaque fois que j’ai essayé, les boutons m’ont dissuadée de continuer !
    Décision difficile à prendre donc…

    1. Eh oui, même galère… Le peeling enzymatique est la seule chose qui m’aide à réduire les tâches / marques. C’est rageant quand on a aucun microkyste pendant 3 jours et qu’on a tout de même des cicatrices !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *